Daniel s’en va faire fortune [conte]

Un jour, Daniel décide d’aller faire fortune. Il part un beau matin avec sa voiture et ma… ma… ma… ma… tout à coup, rencontre un bœu[f].

« Où tu t’en vas don[c] mon Daniel ? »

« Je m’en vas faire fortune. »

« Veux-tu m’emmener ? »

« Oui, t’à l’heure, embarque dans ma voiture »

 

Le bœu[f] saute dans la voiture. Continue son chemin, ma… ma… ma… ma… tout à coup, rencontre un cochon.

« Où tu t’en vas don[c] mon Daniel ? »

« Je m’en vas faire fortune. »

« Veux-tu m’emmener ? »

« Oui, t’à l’heure, embarque dans ma voiture »

 

Le cochon saute dans la voiture. Continue son chemin, ma… ma… ma… ma… tout à coup, rencontre un chien.

« Où tu t’en vas don[c] Daniel ? »

« Je m’en vas faire fortune. »

« Veux-tu m’emmener ? »

« Oui, t’à l’heure, embarque dans ma voiture »

 

Le chien saute dans la voiture. Continue son chemin, ma… ma… ma… ma… tout à coup, rencontre un chat.

« Où tu t’en vas don[c] Daniel ? »

« Je m’en vas faire fortune. »

« Veux-tu m’emmener ? »

« Oui, t’à l’heure, embarque dans ma voiture »

 

Le chat saute dans la voiture. Continue son chemin, ma… ma… ma… ma… tout à coup, rencontre un coq.

« Où tu t’en vas don[c] Daniel ? »

« Je m’en vas faire fortune. »

« Veux-tu m’emmener ? »

« Oui, t’à l’heure, embarque dans ma voiture »

 

Le coq saute dans la voiture.

 

La voiture était pleine et Daniel ben fatigué décide de retourner chez lui pour se reposer.

 

Arrivé chez lui, il met le bœu[f] dans la barrière, le cochon dans le clos, le chien à la porte, le chat à la cheminée et le coq dans l’arbre, et lui, va se coucher.

 

Dans le courant de la nuit, un voleur s’amène pour lui voler sa fortune. Arrivé à la barrière, le bœu[f]corne, corne, corne, le voleur réussit à passer. Continue dans le clos ; le cochon l’attendait, pince, pince, pince, le voleur réussit à s’enfuir. Arrivé à la porte de la maison, le chien mord, mord, mord.

Attrape la poignée de porte et réussit à rentrer dans la maison. Arrivé à la cheminée, le chat griffe, griffe, griffe.

 

Là, le voleur en avait vraiment assez ; s’en fuit en courant.

 

Le coq qui était dans l’arbre criait : « Ramenez-moé-le, ramenez-moé-le. »

 

Transcription d’un manuscrit de Mme Agathe Brien. Version d’Agathe Brien, 66 ans, Sainte-Marie-Salomé, Lanaudière, Québec, 2014. Conte appris de son grand-père Octave Brien (1869-1955). M. Brien contait des contes, des histoires et chantait des chansons à ses petits-enfants à tous les soirs. Il demeurait chez son fils Marc. Agathe Brien affirme que c’est exactement la même version que son grand-père. Elle l’a conté à ses enfants, de l’âge de deux à trois ans jusqu’à être en âge d’aller à l’école.

Source : Conte recueilli par Philippe Jetté dans le cadre du projet « Sur les traces des contes et légendes de Lanaudière » de la Maison des contes et légendes de Lavaltrie.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *