Articles

C’est quoi « Chansons et réflexions intimes, dans un salon ouvert ! » ?

« Chansons et réflexions intimes, dans un salon ouvert ! », c’est :

  • Notre passion pour la chanson traditionnelle.
  • Sa pratique, son histoire.
  • Un essai vivant croisant théâtre, spectacle, veillée traditionnelle et médiation culturelle.
  • Une exposition vivante, inspiré de la relation de Mélanie avec son grand-père.
  • Une formule conviviale et participative.
  • Des interactions avec le public.
  • Des dialogues et des monologues touchants, inspirants et ludiques.
  • C’est une mise à nu de la chanson et de notre intimité, dans notre salon,
  • Avec Marie-Joanne Boucher, pour la mise en scène.

Chansons et réflexions intimes, c’est entrer dans l’intimité de la tradition orale !

Prix Innovation pour « Chansons et réflexions intimes, dans un salon ouvert ! »

Philippe Jetté et Mélanie Boucher se sont vus décerner le prix Innovation à la 28e édition des Grands Prix Desjardins de la Culture de Lanaudière, le 20 septembre dernier. Les deux interprètes et cocréateurs sont très fiers de cette reconnaissance visant à récompenser l’innovation du projet Chansons et réflexions intimes, dans un salon ouvert ! Les deux artistes ont été accompagnés par la comédienne Marie-Joanne Boucher dans la création de cet essai vivant sur la chanson traditionnelle croisant théâtre, spectacle, veillée traditionnelle et médiation culturelle.

« Nous sommes fiers de contribuer à l’innovation dans le domaine de la culture afin de permettre aux citoyens de faire des prises de conscience sur la très grande richesse de nos traditions », confie Philippe Jetté, producteur, concepteur, interprète et coauteur du projet. Mélanie Boucher se dit très heureuse et toucher par cette récompense. Celle qui dévoile sa relation intime avec son grand-père dans cette présentation unique affirme que « de remporter le prix Innovation grâce au lègue de mon grand-père est certainement le plus bel honneur que je peux lui faire. »

Philippe et Mélanie partagent, avec le public, leur passion pour la chanson traditionnelle, sa pratique et son histoire depuis presqu’un an dans des salons (maisons privées) et divers événements et lieux de diffusion dans Lanaudière et au Québec. Le duo démocratise la tradition et la vulgarise de façon ludique et interactive dans cette présentation qu’ils peuvent qualifier d’exposition vivante sur la chanson traditionnelle, inspirée de la relation de Mélanie avec son grand-père.

Dans une formule conviviale et participative, ils mettent à nu la chanson traditionnelle grâce à des dialogues et des monologues touchants, inspirants et divertissants. Des interactions avec le public viennent pimenter la présentation. L’expérience vécue par les spectateurs démontre que chacun porte un trésor à partager.

Information : page du projet ou 450 397-2313.

Rappelons que « Chansons et réflexions intimes, dans un salon ouvert ! » est rendu possible grâce au soutien financier du Conseil des arts et des lettres du Québec et de la MRC de Montcalm ainsi qu’à l’investissement des artistes.

En nomination aux Grands Prix Desjardins de la culture, catégorie Innovation

L’équipe du projet « Chansons et réflexions intimes, dans un salon ouvert ! » est heureuse de vous annoncer sa nomination aux Grands Prix Desjardins de la culture de Lanaudière 2019 dans la catégorie Innovation. Le lauréat sera dévoilé lors du gala qui se déroulera le vendredi 20 septembre prochain au Carrefour culturel de Notre-Dame-des-Prairies (171, rue Curé-Rondeau). Il s’agira de la 28e édition, organisée par Culture Lanaudière.

Ne manquez pas la prochaine représentation à la Chapelle des Cuthbert le 21 septembre dès 19 h 30.

L’équipe

  • Mélanie Boucher (interprète et coauteur)
  • Philippe Jetté (interprète, coauteur, producteur et concepteur)
  • Marie-Joanne Boucher (mise en scène)

Camp Ado Trad à Lavaltrie

La Maison Rosalie-Cadron est heureuse d’annoncer l’obtention d’une subvention  de la part du ministère de la Culture et des Communications pour mettre en place une série d’ateliers de transmission de savoir-faire traditionnels destinés aux adolescents, du 1er juillet au 2 août 2019. Ces ateliers seront diffusés sous l’appellation Camp Ado Trad. Les jeunes de 11 à 15 ans auront ainsi l’occasion de s’initier, et ce gratuitement, à cinq savoir-faire : la chanson traditionnelle et la podorythmie (transmises par Philippe Jetté), le tissage, la sculpture sur bois, le fléché et les travaux d’aiguilles (tricot, broderie et crochet). Les ateliers se tiendront du lundi au vendredi de 13 h à 16 h. De plus, l’enveloppe budgétaire prévoit des sommes pour la réalisation d’un documentaire qui constituera, en quelques sortes, la mémoire de ce projet unique.

« Ce savoir-faire traditionnel est un témoignage de notre histoire et de notre richesse culturelle. Le gouvernement du Québec soutien des projets comme ceux initiés par la Maison Rosalie-Cadron, qui assurent le partage des connaissances entre les générations. Ce sont de telles initiatives qui nous permettent de ne pas oublier qui nous sommes et d’où nous venons. Par son action, cet organisme contribue également au dynamisme et à la vitalité culturelle de la région. » – Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Langue française

« Le projet créé par la Maison Rosalie-Cadron est très enrichissant pour les jeunes de la région en plus de contribuer à la préservation de notre héritage culturel. Grâce à cette implication dans la collectivité, les adolescents pourront en apprendre davantage sur l’histoire et les pratiques de leurs ancêtres. » – Caroline Proulx, ministre du Tourisme et députée de Berthier

Guidés par des passeurs de traditions passionnants et passionnés, les jeunes participants pourront, dans un cadre ludique, tout d’abord faire connaissance avec le savoir-faire et en apprendre sur son histoire et son parcours jusqu’à nos jours, et, par la suite, l’expérimenter. Mais, tradition ne rimant pas avec immobilisme, les guides pourront amener les jeunes à s’approprier les savoir-faire à leur façon. Par exemple, dans l’atelier de chanson traditionnelle, rien n’empêchera les jeunes de créer une nouvelle chanson sur un air ancien! Le vendredi, le fruit du travail des jeunes sera présenté à leurs familles et amis. « Nous proposons une formule qui allie contenu professionnel dans un environnement adapté aux adolescents », de spécifier Madame Claudine Lalonde, présidente du conseil d’administration.

La procédure d’inscription et les formulaires seront disponibles dès le 23 avril sur le site Web de la Maison Rosalie-Cadron. Notez que les places sont très limitées. Pour information, veuillez contacter Sophie Lemercier, directrice de la Maison Rosalie-Cadron, au 450 586-2727 ou au info@maisonrosaliecadron.org.

Suivez la Maison Rosalie-Cadron au www.fb.com/Maison.Rosalie.

Chansons d’Yves Marion transmises au Festitrad

J’ai eu le privilège d’accompagner Yves Marion, au Festitrad de la Ville de Saint-Gabriel, dans la transmission de chansons traditionnelles provenant de son répertoire familial, le samedi 6 avril 2019. Une trentaine de personnes ont participé à cet atelier unique.

Yves Marion est né le 7 mars 1952 à Saint-Côme, dans le nord de Lanaudière. La chanson et la musique traditionnelles sont omni présentes dans sa famille. L’ensemble des quatre générations de la famille Marion chantent pour le plaisir de partager une pratique rassembleuse. En plus d’être un chanteur au répertoire inépuisable, Yves joue du violon et de la mandoline. Il pratique le métier de bûcheron avec son père et ses frères jusqu’en 1990. Il manie, alors, des abatteuses jusqu’à sa retraite en 2018.

Voici les trois chansons qu’Yves Marion a entendues de sa mère, de son père et de ses oncles. Écoutez les chansons ci-bas et téléchargez les paroles en cliquant sur leurs titres.

RÉSULTAT DE L’ATELIER DE TRANSMISSION

« Chansons et réflexions intimes » poursuit sa tournée !

Philippe Jetté et Mélanie Boucher, les deux interprètes du projet « Chansons et réflexions intimes, dans un salon ouvert ! », poursuivent leur tournée au Québec. Ils visiteront quatre salons (maisons privées), un festival et une bibliothèque :

  • 2 février : Chez Gisèle et Marcel Laurin à Saint-Jacques (privé)
  • 9 février : Chez Marjorie Pitre à Saint-Esprit (privé)
  • 23 février : Chez Diane Miron à Saint-Thomas (privé)
  • 4 avril : Au presbytère, Festitrad de la Ville de Saint-Gabriel à 20 h (ouvert à tous, gratuit)
  • 5 avril : Chez Chantal Lalonde à Mascouche (ouvert à tous), en partenariat avec la SODAM
  • 14 avril : À la Bibliothèque de Montmagny à 13 h 30 (ouvert à tous), présenté par le Carrefour mondial de l’accordéon, en partenariat avec la Ville de Montmagny, la bibliothèque et l’École de musique de Montmagny.

 

L’équipe travaille maintenant sur la continuité de sa tournée provinciale pour l’été et l’automne 2019. Suivez les activités du projet sur Facebook.

RÉACTIONS DU PUBLIC ET DE L’ÉQUIPE

Le public attentif est charmé par les réflexions, la variété du répertoire et l’analyse historique des chansons traditionnelles. « Je ne pensais pas que ça venait de si loin », lance une spectatrice. La présentation fait prendre conscience de l’ancienneté de certaines chansons datant du Moyen Âge. « On a beaucoup apprécié l’histoire qui entoure les chansons », a témoigné l’assistance. « On a même vu des gens versés des larmes lorsque j’ai interprété une complainte traitant du suicide », s’étonne Mélanie Boucher, interprète et cocréatrice.

Mélanie Boucher et Philippe Jetté y dévoilent la relation intime qu’ils entretiennent avec la chanson traditionnelle. Le public y découvre que la chanson permet de garder ses proches biens vivants grâce à la transmission et aux liens qu’elle permet de tisser entre les générations. La démonstration de la relation fusionnelle entre Mélanie et son grand-père a ému le public. « On est allé jusqu’au cœur de la chanson traditionnelle et de son intimité. Les gens se sont reconnus en eux », rapporte Marie-Joanne Boucher, metteure en scène.

Philippe Jetté se dit très satisfait du résultat de cette nouvelle création. « Nous sommes arrivés à la vision imaginée au départ », affirme le concepteur, producteur, interprète et cocréateur du projet. Il croit que cet outil d’intervention culturelle original, amusant et touchant, basé sur l’humain, a un avenir prometteur. « Il permet à monsieur et madame tout le monde de bien cerner la richesse de la chanson traditionnelle dans une formule conviviale et participative. » L’expérience vécue par les spectateurs démontre que chacun porte un trésor à partager grâce à l’universalité de la pratique de la chanson traditionnelle avec, notamment, les comptines et les berceuses, souvent connues du grand public.

 

« Chansons et réflexions intimes » charme le public

Le Musée d’art de Joliette était bondé pour la première de « Chansons et réflexions intimes, dans un salon ouvert ! », le 18 octobre dernier. Philippe Jetté et Mélanie Boucher ont surpris l’assistance avec leur présentation audacieuse. Celle-ci mélange le théâtre, le spectacle, la veillée traditionnelle et la médiation culturelle. Les rires, la participation du public et même les larmes étaient au rendez-vous.

Le public attentif a été charmé par les réflexions, la variété du répertoire et l’analyse historique des chansons traditionnelles. « Je ne pensais pas que ça venait de si loin », lance une spectatrice. La présentation fait prendre conscience de l’ancienneté de certaines chansons datant du Moyen Âge. « On a beaucoup apprécié l’histoire qui entoure les chansons », a témoigné l’assistance. « On a même vu des gens versés des larmes lorsque j’ai interprété une complainte traitant du suicide », s’étonne Mélanie Boucher, interprète et cocréatrice.

Mélanie Boucher et Philippe Jetté y dévoilent la relation intime qu’ils entretiennent avec la chanson traditionnelle. Le public y découvre que la chanson permet de garder ses proches biens vivants grâce à la transmission et aux liens qu’elle permet de tisser entre les générations. La démonstration de la relation fusionnelle entre Mélanie et son grand-père a ému le public. « On est allé jusqu’au cœur de la chanson traditionnelle et de son intimité. Les gens se sont reconnus en eux », rapporte Marie-Joanne Boucher, metteure en scène.

Philippe Jetté se dit très satisfait du résultat de cette nouvelle création. « Nous sommes arrivés à la vision imaginée au départ », affirme le concepteur, producteur, interprète et cocréateur du projet. Il croit que cet outil d’intervention culturelle original, amusant et touchant, basé sur l’humain, a un avenir prometteur. « Il permet à monsieur et madame tout le monde de bien cerner la richesse de la chanson traditionnelle dans une formule conviviale et participative. » L’expérience vécue par les spectateurs démontre que chacun porte un trésor à partager grâce à l’universalité de la pratique de la chanson traditionnelle avec, notamment, les comptines et les berceuses, souvent connues du grand public.

Une tournée de salons

Le tandem Boucher-Jetté a entamé, le 20 octobre dernier, une tournée de six salons, dans des maisons privées de Lanaudière. Les Lanaudois étaient invités à soumettre leur candidature pour accueillir « Chansons et réflexions intimes, dans un salon ouvert ! » dans le confort de leur foyer. Six familles ont été sélectionnées : Nicole Lafortune (Joliette), Patricia Pauzé (Saint-Jacques), Marjorie Pitre (Saint-Esprit), Gisèle et Marcel Laurin (Saint-Jacques), Diane Miron (Saint-Thomas) et Chantal Lalonde (Mascouche).

Le duo prévoit tourner leur nouvelle création dans des lieux de diffusion dès le printemps prochain.

Information : www.traditionsvivantes.com. Suivez les activités du projet sur Facebook au www.fb.com/philippe.jette.mediateur.patrimoine.vivant/.

Rappelons que le projet « Chansons et réflexions intimes, dans un salon ouvert ! » est rendu possible grâce au soutien financier du Conseil des arts et des lettres du Québec et de la MRC de Montcalm dans le cadre de l’Entente de partenariat territorial en lien avec la collectivité de Lanaudière. La première du projet était présentée par Philippe Jetté en partenariat avec le Musée d’art de Joliette et la Ville de Joliette.

Première de « Chansons et réflexions intimes » au Musée d’art de Joliette

Vivez l’intimité de la tradition orale avec Chansons et réflexions intimes, dans un salon ouvert !

Le Musée d’art de Joliette, la Ville de Joliette et Philippe Jetté présentent, en exclusivité, la première du projet « Chansons et réflexions intimes, dans un salon ouvert ! » au Musée le jeudi 18 octobre 2018 à 19 h 30 (145, rue du Père-Wilfrid-Corbeil). Cette présentation lancera une tournée de six salons, dans des maisons privées de Lanaudière. Cet événement ouvert à tous est à contribution volontaire.

Le projet « Chansons et réflexions intimes, dans un salon ouvert ! » consiste à explorer la vie familiale de la chanson traditionnelle d’une héritière naturelle de cette pratique, Mme Mélanie Boucher, ainsi que d’autres familles lanaudoises, et de rendre accessible à la collectivité cette réalité culturelle de la sphère privée, par une création unique en son genre, soit un essai vivant sur la chanson de tradition orale croisant le théâtre, le spectacle, la veillée traditionnelle et la médiation culturelle.

L’équipe de création, composée de Mélanie Boucher, Philippe Jetté et Marie-Joanne Boucher, est impatiente de vous présenter le résultat de leur démarche novatrice. « Cette présentation permet aux citoyens de vivre une expérience culturelle enracinée dans la tradition familiale. Elle leur permet de plonger dans l’intimité de la tradition orale et de découvrir la richesse et la diversité de la pratique de la chanson traditionnelle », évoque Philippe Jetté, initiateur du projet. À l’aube de la quarantaine, Mélanie Boucher désirait partager son héritage familial. « Ce projet me permet d’inviter les gens au cœur de ma cellule familiale pour partager ma relation passionnelle et intime avec la chanson traditionnelle et pour faire revivre mon grand-père à travers ma voix et la leur », mentionne celle qui transporte, depuis son jeune âge, les chansons de son aïeul. Marie-Joanne Boucher trouve ce projet essentiel. « Le souvenir et la transmission nous forgent en tant que société certes, mais c’est dans l’intimité qu’ils sont les plus florissants », affirme la metteure en scène.

Mélanie Boucher (coauteure et interprète), Marie-Joanne Boucher (metteure en scène) et Philippe Jetté (producteur, coauteur et interprète).

Dans une atmosphère intime et chaleureuse, le tandem Boucher-Jetté présentera la chanson traditionnelle sous toutes ses formes (à répondre, ballade, comptine, berceuse, etc.). Ils proposeront des réflexions sur la pratique du chant (transmission, contexte de pratique et historique), le récit et le contexte social des chansons.

SYNOPSIS

Deux amoureux de la chanson traditionnelle (Philippe Jetté et Mélanie Boucher) se retrouvent le soir et chantent pour partager, dans un salon, leur répertoire et leurs réflexions sur la pratique du chant traditionnel. Le spectateur s’imprègne tranquillement de leur univers. Soudainement, le public est interpellé par une question. Les spectateurs deviennent alors des participants de la pièce. Ils se retrouvent à veiller au salon en répondant aux chansons ainsi qu’en partageant leur répertoire, leurs réflexions et leur rapport à cette pratique. Une interaction s’installe entre les interprètes et le public. La soirée vire en veillée traditionnelle festive. Les citoyens vivent une expérience sociale vraisemblable.

Information : www.traditionsvivantes.com ou 450 397-2313. Suivez les activités du projet sur Facebook au www.fb.com/philippe.jette.mediateur.patrimoine.vivant/.

Rappelons que le projet « Chansons et réflexions intimes, dans un salon ouvert ! » est rendu possible grâce au soutien financier du Conseil des arts et des lettres du Québec et de la MRC de Montcalm dans le cadre de l’Entente de partenariat territorial en lien avec la collectivité de Lanaudière.

Lucien Jetté, un chanteur habité par ses chansons

« Hourra pour nous autres ! »

Voici, en hommage à un grand chanteur de la Nouvelle-Acadie décédé le 24 mars 2016, un article rédigé en mai 2014 pour le Centre du patrimoine vivant de Lanaudière.

Comme à chaque édition de la Grande fête du chant traditionnel de Lanaudière, un chanteur de la région est honoré pour la transmission et la richesse de son répertoire. En 2014, le Centre du Patrimoine Vivant de Lanaudière a rendu hommage à M. Lucien Jetté.

Ce grand homme fait partie d’une espèce en voie d’extinction, les grands chanteurs de tradition orale. Lucien Jetté a mémorisé plus d’une centaine de chansons, simplement à les entendre dans des noces et des veillées familiales et communautaires.

Ces occasions de rassemblement et de fête étaient des contextes favorables pour partager du répertoire. « Les jours de l’An chez mémère Laporte, la maison était ben pleine dure, de tous les voisins pis toute la parenté. Ça chantait pis ça dansait toute la nuit. », se souvient M. Jetté.

De nos jours, les chanteurs traditionnels apprennent principalement leur répertoire, figé, sur des transcriptions, des albums de musique traditionnelle et des enregistrements d’archives qu’ils consultent à répétition pour les retenir. La société s’est transformée et les occasions de rassemblements familiaux sont de moins en moins fréquentes. Le mode de transmission doit-il se métamorphosé ? Quant à lui, Lucien Jetté croit que, dans le futur, la chanson traditionnelle se transmettra dans des veillées communautaires.

Un homme enraciné

Cultivateur retraité, Lucien Jetté habite, depuis sa naissance en 1925, le chemin de la Grande Ligne à Saint-Alexis. Il évolue dans un contexte où toutes les occasions sont bonnes pour chanter. Son père, ses oncles maternels, ses cousins, ses frères, ses sœurs et ses voisins pratiquent également le chant traditionnel.

Une famille de son voisinage a une influence prépondérante sur son répertoire, les Pelland. Originaire de l’Ontario, Romulus et ses fils sont des chanteurs aguerris que Lucien côtoie jusque dans les chantiers.

Les principaux héritiers du répertoire de Lucien Jetté sont ses neveux de La Famille Cantin avec qui il a partagé de beaux moments en famille, sur scène (entre 1998 et 2005) et sur disque (Dans le 5e rang, 2001). D’ailleurs, feu Gilles Cantin, illustre membre de La Bottine Souriante, entretenait une relation particulière avec son oncle Lucien qui lui avait transmis la majorité de son répertoire. Plusieurs de ses chansons sont devenues célèbres grâce à la popularité des groupes La Bottine Souriante et La Famille Cantin. Qui ne connait pas la chanson Dans la grande côte, elle est montée ?

Un chanteur dynamique et habité

Littéralement habité et soulevé par ses chansons, il n’est pas rare de voir Lucien s’accompagner de quelques pas de gigue et de gestes venant soutenir ses propos. L’intensité du plaisir collectif partagé de la chanson est tellement élevée, qu’il termine souvent ses chansons par : « Hourra pour nous autres ! ». Ce rituel de fin de chanson lui provient de son frère Jean-Paul.

Passionné et aimant de la chanson traditionnelle, celle-ci fait toujours partie de son quotidien. Encore à 89 ans, Lucien Jetté chante le soir pour son propre plaisir.

À l’ère des nouvelles technologies et de notre société de consommation, possédez-vous ce luxe de vous auto divertir par les chansons héritées de nos « vieux » ? Il est encore temps d’aller à la rencontre d’hommes et de femmes d’exception comme Lucien Jetté, imprégnés d’une richesse à partager.

Par Philippe Jetté, médiateur du patrimoine vivant consultant pour le Centre du Patrimoine Vivant de Lanaudière, le 12 mai 2014.

Vidéo réalisée par son petit-fils Alex Jetté-Beauchamp.

Chansons de Jean-Claude Martial transmises au Festitrad

Samedi dernier, j’ai eu l’honneur d’accompagner Jean-Claude Martial dans la transmission de trois chansons de son répertoire au Festitrad de la Ville de Saint-Gabriel. Cette nouveauté du festival a attiré pas moins de 25 curieux et passionnés de la chanson traditionnelle.

Bûcheron de métier, Jean-Claude Martial a entendu ses premières chansons de son grand-père Émile Desjardins. Ce dernier était le point d’attraction des veillées du jour de l’An avec ses chansons humoristiques.

Son père, Pierre-Lucien, chantait uniquement pour ses enfants. Il entamait En passant par les épinettes à chaque traversée du bois pour se rendre chez son frère ou au club de chasse et pêche de Mastigouche. Ils étaient entourés d’épinettes. Son oncle « Burt » (Gilbert Martial) est aussi une grande source d’inspiration.

La valeur de l’humour, transmise par son grand-père maternel, se ressent dans l’interprétation de ses chansons. Ses gestes, ses regards et ses émotions passent à travers ses chansons. Comme il le dit lui-même : « Je chante comme je suis. »

Jean-Claude apprend encore des chansons à l’occasion. « Quand qui en a un qui nous arrive avec une nouvelle chanson, on saute dessus, comme le miel sur le pauvre monde. On veut la savoir, c’est comme un trésor. »

Voici les trois trésors de Jean-Claude Martial transmis avec grande générosité au Festitrad. Télécharger les paroles en cliquant sur le titre des chansons.

Le laboureur lui provient de Paméla Saint-Jean, la fille de son cousin Ernest. Elle la tenait de son père de Mandeville. Pour Jean-Claude, le laboureur a choisi sa vie dans cette chanson. Il vit sur sa terre avec sa femme : « Mais moi, je reste ici avec ma jolie femme ». C’est une mise en garde, poliment. Je tiens à préciser qu’il s’agit d’une chanson traitant, à l’origine, de viol.

Jean-Louis Roy a enregistré une veillée du jour de l’An de sa belle-famille en 1978. La petite Joséphine était chantée sur cet enregistrement par Rachel Bergeron. À l’écoute, Jean-Claude est immédiatement tombé en amour avec cette charmante chanson à double sens.

Une rencontre inattendue au CLSC avec sa tante Vitaline a permis à Jean-Claude d’apprendre une chanson grivoise de son grand-père Desjardins : Relève ta culotte. Perception de Jean-Claude au sujet de la chanson : « Les jeunes filles, c’était difficile de les empêcher d’aimer. Dans ce temps-là, ce n’était pas d’éduquer les enfants, mais de les contrôler. Ça ne marchait pas. On ne peut pas empêcher un cœur d’aimer. »