Articles

Le «gossage de cup » consiste à sculpter, à l’aide d’une gouge, une tasse faite d’une loupe d’arbre.

FABRICATION ET PRODUIT
Le défi de cette pratique est la cueillette de nœuds (loupes) de bouleau blanc[1], aussi appelés tétons. On retrouve cette formation (dure), propice à la fabrication de « cup », au pied de l’arbre, sur les racines, ou sur le tronc. La loupe est reconnaissable par ses racinettes. Ensuite, la « cup » extraite de l’arbre est humidifiée avant d’être sculptée. Plusieurs « gosseux » expriment leur créativité en faisant prendre à la « cup » la forme d’un animal ou d’un objet. Aussi, ils peuvent y graver un animal ou des écritures. La finition comporte le séchage, le sablage et le vernissage ou l’huilage. Une cocotte ou une pièce de bois percée et fixée à la « cup » avec une lanière de cuir sert à accrocher la tasse à son ceinturon. Celle-ci a pour fonction de puiser l’eau directement dans une source ou un cours d’eau. Avec le temps, elle est aussi devenue un objet décoratif convoité par les collectionneurs. Plusieurs appellations font écho à la « cup » : louche, tasse de rivière, tasse de canot, tasse de voyageur ou « canoe cup ».

Pitons et racinettes sur une loupe de bouleau.

CONTEXTE ET TRANSMISSION

Le « gossage de cup » s’apprend par observation. M. Jean-Louis Roy, de Mandeville, guidait les Américains à la pêche dans la Mastigouche. Il se souvient : « La mode dans les camps de pêche, c’était de jouer aux dames. Les gars étaient assis bien tranquillement à regarder la partie avec une gouge et une cup à la main. Ils gossaient d’un bord pis de l’autre. » Le «gossage de cup » consiste à sculpter, à l’aide d’une gouge, une coupe (tasse) faite d’une loupe d’arbre. Par contre, d’autres essences d’arbres comme l’érable et le merisier sont aussi utilisées. L’épaisseur de la « cup » est testée avec les doigts. Son secret : toujours tenir la « cup » humide tant qu’elle n’est pas terminée. D’autres « gosseux » ont le secret inverse : bien faire sécher la « cup » avant de la sculpter.

Jean-Claude et Jacques Martial découvrent le gossage de cups avec Jean-Louis Roy lors d’un tournage.

MAIS D’OÙ VIENT CETTE TECHNIQUE?

L’origine du « gossage de cup » est encore inconnue. Le Musée McCord collectionne quelques coupes en loupe d’arbre. La plus ancienne, datée par le musée, remonterait à 1807. Elle proviendrait des Abénaquis. D’ailleurs, deux écoles de pensée en attribuent l’origine aux Premières Nations. Il semblerait qu’ils se gossaient une tasse pendant leurs expéditions de canot pour passer le temps le soir venu. Une autre version rapporte que les Amérindiens s’arrêtaient lors de leur portage afin de prendre le thé à même une tasse qu’ils avaient fabriquée. Au 20e siècle, les cups étaient notamment sculptées par des garde-feux, des chasseurs et des guides de pêche. Souvent, ceux-ci s’en servaient pour leur usage personnel ou encore pour les offrir aux Américains venus pêcher dans les rivières et les lacs du Québec. Plus loin de nous, en Laponie, une tasse en bois, nommée kuksa, est aussi évidée dans une loupe de bouleau.

« Cups » de Jean-Louis Roy

[1] L’essence de bois à privilégier pour « gosser une cup » est le bouleau blanc. Par contre, d’autres essences d’arbres comme l’érable et le merisier sont aussi utilisées.

Par Philippe Jetté, médiateur du patrimoine vivant et chargé du projet « Pour la suite du geste… rassemblons-nous ! » de la MRC de D’Autray, le 5 septembre 2017.

RÉFÉRENCES

FILM

En juillet dernier, au sein de l’Espace culturel Jean-Pierre Ferland de Saint-Norbert, le concept de patrimoine vivant et la documentation des savoir-faire traditionnels ont été décortiqués en profondeur par les participants à la formation Devenez un archéologue de vos traditions, une initiative de la Municipalité régionale de comté (MRC) de D’Autray dans le cadre du Laboratoire inclusif du projet Pour la suite du geste… rassemblons-nous!

Tout au long de l’activité, Philippe Jetté, intervenant en traditions vivantes s’est assuré de transmettre ses connaissances et sa passion aux gens présents. L’objectif de cette démarche collective est tout mettre en place afin de permettre la pérennité du fléché, du tissage et du gossage de cups, trois pratiques traditionnelles caractéristiques du territoire d’autréen.

« La formation, suivie par dix personnes, offrait l’opportunité de monter un projet de documentation et de diffusion par des exercices concrets tout au long de la journée. L’idée d’impliquer la communauté dans une démarche de documentation et de diffusion collective vise à favoriser la connaissance et à promouvoir les savoir-faire traditionnels à développer ainsi qu’à mettre à l’honneur les porteurs de traditions du territoire d’autréen. J’ai bon espoir que les participants contribueront à cet effort collectif de sauvegarde », a-t-il soutenu par la voie d’un communiqué de presse.

La formation du 14 juillet dernier et l’accompagnement personnalisé représentaient les premières étapes du volet Laboratoire inclusif du projet Pour la suite du geste… rassemblons-nous! La création d’une banque de transmetteurs, une journée d’échange avec des praticiens atikamekw et des actions favorisant la promotion des savoir-faire devraient également faire partie de la programmation à venir.

Les citoyens souhaitant s’investir dans la démarche sont invités à manifester leur intérêt auprès du service de développement culturel de la MRC au 450 836-7007 poste 2528 ou par courrier électronique à culture@mrcautray.qc.ca.

Cette initiative culturelle visant à accompagner la population dans la prise en charge de leurs traditions découle d’une entente liant la MRC de D’Autray au ministère de la Culture et des Communications. La présentation de la formation a été rendue possible par un appui financier de Culture Lanaudière ainsi que par l’Espace culturel Jean-Pierre Ferland.

À la fin du mois de juin, le comité de suivi de Pour la suite du geste… rassemblons-nous!, un projet culturel de la Municipalité régionale de comté (MRC) de D’Autray, a annoncé la présentation d’une formation gratuite, le mardi 14 juillet prochain à l’Espace culturel Jean-Pierre Ferland situé au 2111, rue Principale à Saint-Norbert qui abordera la documentation, la diffusion et la mise en valeur au service de la sauvegarde des pratiques traditionnelles.

Bien connu pour son implication dans l’initiative à succès, le médiateur du patrimoine vivant Philippe Jetté assurera l’animation de cette activité qui se tiendra de 9 h à 16 h. Les participants seront invités à apporter leur lunch pour le dîner.

Parmi les thèmes abordés lors de la formation, notons le concept du patrimoine vivant, le rôle du collecteur, les étapes pour réaliser une démarche éthique de documentation sur le terrain, le traitement des données et la diffusion ainsi que la valorisation des savoir-faire et des porteurs de traditions, dans le cas présent, le tissage, le fléché et le gossage de cups.

« Les archéologues de la tradition vivront des moments privilégiés et uniques, en plus de laisser un héritage à leur communauté. Par leur apprentissage, ils seront en mesure de valoriser l’expérience et le savoir-faire des gens tout en participant à l’effort collectif de sauvegarde et de promotion de nos traditions », a soutenu monsieur Jetté, par la voie d’un communiqué de presse.

Les citoyens et organismes de la MRC de D’Autray souhaitant prendre part à la formation pour ensuite s’investir dans cette démarche collective de documentation et de diffusion doivent confirmer leur inscription d’ici le lundi 13 juillet à midi à M. Sébastien Proulx, agent de communication de la MRC au 450 836-7007 poste 2528 ou par courrier électronique à sproulx@mrcautray.qc.ca. Dans le but de respecter les recommandations de la Santé publique, le nombre d’inscriptions est limité. Ainsi, il est fortement suggéré de réserver sa place rapidement. À noter qu’un accompagnement personnalisé d’une durée de 5 h est également offert aux inscrits.

Le volet Laboratoire inclusif, du projet Pour la suite du geste… rassemblons-nous! est une démarche de sauvegarde visant à accompagner la population d’autréenne dans la prise en charge de leurs traditions.

Cette initiative découle d’une entente liant la MRC de D’Autray au ministère de la Culture et des Communications alors que la présentation de la formation est rendue possible par un soutien financier de Culture Lanaudière ainsi que par l’Espace culturel Jean-Pierre Ferland.

Au début du mois de mai, la Municipalité régionale de comté (MRC) de D’Autray a annoncé la réception d’une subvention de 45 000 $ du ministère de la Culture et des Communications afin d’amener au niveau suivant Pour la suite du geste… rassemblons-nous!, une initiative visant la sauvegarde de trois savoir-faire traditionnels, soit le fléché, le gossage de cups et le tissage.

« Depuis 2015, la MRC de D’Autray s’assure de développer des initiatives en patrimoine immatériel, Pour la suite du geste… rassemblons-nous! a marqué l’histoire de la MRC tant par l’impact qu’il a eu sur la population que par le succès qu’il a connu », a souligné M. Gaétan Gravel, préfet de la MRC et maire de la Ville de Saint-Gabriel à propos du projet couronné à trois reprises en 2018.

Plus de 1 000 heures de bénévolat ont été investies par la communauté dans la démarche. Cette implication de la collectivité porte à croire à l’autonomisation de l’initiative dans une perspective de développement durable. Ainsi, la MRC lance le volet Laboratoire inclusif, du projet Pour la suite du geste… rassemblons-nous! une démarche de sauvegarde visant à accompagner les citoyens dans la prise en charge de leurs traditions. Effectivement, ce volet veillera à pérenniser l’initiative en impliquant étroitement la communauté. Tout un volet de documentation des pratiques et de la démarche sera aussi mis en place.

Dès l’automne 2019, la MRC accompagnée de Philippe Jetté, médiateur culturel et intervenant en traditions vivantes, organisera des consultations où des propositions d’actions, des besoins et suggestions seront abordés.

L’accompagnement et la formation sur mesure, la création d’une banque de transmetteurs, une journée d’échange avec des praticiens atikamekw et la réalisation d’actions favorisant la promotion des savoir-faire devraient également faire partie de la programmation à venir.

La MRC tient également à souligner la participation des partenaires ayant contribué à la réussite de l’initiative : les Cercles de Fermières de Saint-Gabriel, de Saint-Norbert et de Lavaltrie, l’Association des artisans de ceinture fléchée de Lanaudière, le Comité Patrimoine de Mandeville, le Centre d’action bénévole D’Autray, la Maison Rosalie-Cadron, le Café culturel de la Chasse-galerie, la Bibliothèque Ginette-Rivard-Tremblay, Iphigénie Marcoux-Fortier, Guy Charpentier, les 15 municipalités du territoire d’autréen et le ministère de la Culture et des Communications.

À nouveau, au début du mois de décembre, la Municipalité régionale de comté (MRC) de D’Autray a invité les participants et collaborateurs de Pour la suite du geste… rassemblons-nous! à célébrer la fin de la deuxième année de son populaire projet. Cette soirée festive a réuni plus de 50 personnes dans la salle des maires de la MRC à Berthierville.

Une surprise de taille les attendait alors qu’un administrateur de l’Association québécoise des interprètes du patrimoine (AQIP) était sur place afin de remettre le Prix du mérite en interprétation du patrimoine, volet communautaire à la MRC. Le président du Conseil québécois du patrimoine vivant (CQPV) avait également préparé une capsule audiovisuelle pour féliciter les participants. Le premier prix de l’histoire du CQPV avait été octroyé à la MRC quelques semaines auparavant.

« Au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, le projet accueille un troisième prix en 2018, rien de moins que la triple couronne. C’est colossal! Une grande partie de ce triomphe vous revient », a mentionné Mme Marie-Pier Aubuchon, présidente du comité culturel de la MRC et mairesse de La Visitation-de-l’Île-Dupas, après la remise.

Le directeur général de la MRC, Bruno Tremblay, a déclaré que « Pour la suite du geste… rassemblons-nous ! » est un des projets les plus importants que la MRC ait piloté. À ses yeux, les prix obtenus montrent le niveau de qualité des artisans et l’implication des acteurs.

La vague de reconnaissance s’était amorcée par l’attribution du prix Patrimoine obtenu lors des Grands prix Desjardins de la culture de Lanaudière en septembre dernier. En plus de partager ces honneurs, l’objectif de cette rencontre était de rassembler les apprentis artisans et leurs mentors et de relever leurs efforts et leur persévérance en compagnie des partenaires du projet. L’exposition de leurs œuvres, dans le cadre d’un concours, a permis de récompenser celles et ceux s’étant distingués. À la suite d’une période de votes, sept prix ont été décernés aux apprenants et expérimentés.

Voici un aperçu des lauréats :

Catégorie Tissage apprenant : Colette Plante
Catégorie Tissage Expérimenté : Cécile Boulard
Catégorie Fléché apprenant : Isabelle Charette
Catégorie Fléché Expérimenté : Maryse Saint-Amand
Catégorie Gossage de cups apprenant : Colette Plante
Catégorie Gossage de cups Expérimenté : Jean-Claude Charpentier et Jean-Louis Roy (ex æquo)
Catégorie Coup de coeur : Jean-Claude Charpentier

Un prix spécial a été remis à M. Jean-Louis Roy, de Mandeville, pour son engagement et sa grande implication dans la réussite du projet et la continuité du gossage de cups.

Le comité de suivi du projet a aussi donné un avant-goût de la programmation à venir pour la session d’hiver. Les Fléchées rencontres se tiendront les samedis 9 février et 13 avril 2019 de 13 h 30 à 16 h 30 au chalet des loisirs de Saint-Cuthbert. Une contribution de 10 $ est demandée pour y prendre part.

Les ateliers de l’activité Gossez vous une tasse créative! auront lieu les samedis 2, 9, 16 et 23 février prochain dès 10 h à la sacristie de l’église de Mandeville. Ses participants devront débourser 25 $ pour la session. Finalement, les amateurs de tissage se verront offrir l’activité Le tissage, à l’endroit et à l’envers les mardis 12 et 19 mars 2019 dès 18 h 30 au local du Cercle de Fermières de Saint-Gabriel. Une contribution de 10 $ est demandée pour les deux ateliers.

En tout temps, la programmation est disponible sur le site Internet de la MRC au www.mrcautray.qc.ca/culture-et-patrimoine ou au www.culturepatrimoineautray.ca. Les inscriptions sont reçues au 450 836-7007 poste 2528 ou par courrier électronique à sproulx@mrcautray.qc.ca.

Pour la suite du geste… rassemblons-nous! est réalisé grâce au soutien financier du gouvernement du Québec et de la MRC de D’Autray dans le cadre de l’Entente de développement culturel 2018-2020. Philippe Jetté, médiateur culturel et intervenant en traditions vivantes, assure une collaboration.

Une délégation de 10 Lanaudois a participé à une grande réflexion nationale sur les traditions culturelles du Québec lors du Rassemblement patrimoine vivant 2018, du 26 au 28 octobre dernier à Québec. Organisé par le Conseil québécois du patrimoine vivant, l’événement soulignait les 25 ans de regroupement des forces vives du milieu. Plusieurs tables de travail ont permis de développer des orientations et des actions pour les différents secteurs de la culture traditionnelle.

« La force de Lanaudière est indéniable pour le développement des traditions culturelles au Québec », rapporte Philippe Jetté, président du Centre du patrimoine vivant de Lanaudière. De plus, Lanaudière regorge de porteurs de traditions, d’organisations dynamiques et est mue par un souci réel de sauvegarder les pratiques traditionnelles en les transmettant de génération en génération.

La MRC de D’Autray s’est démarqué avec son projet novateur Pour la suite du geste… rassemblons-nous ! Elle s’est faite décerner le tout premier Prix CQPV 2018 pour cette initiative exemplaire en patrimoine vivant au Québec. Philippe Jetté (chargé de projet) et Marie-Julie Asselin (responsable de la culture à la MRC de D’Autray) ont communiqué les orientations, les actions et les retombées de ce projet collectif lors d’un PechaKucha, une présentation rapide en 20 images (20 secondes par images). Le Camp de Violon Traditionnel Québécois de Lanaudière a également présenté ses actions de transmission au sein d’une semaine de rêve. La Ville de Joliette et la MRC de D’Autray ont aussi exposé leurs initiatives en patrimoine vivant à un groupe de travail sur les municipalités, les MRC et les conseils de bande.

L’organisme Les Petits Pas Jacadiens a participé activement aux tables de travail sur un plan de développement de la veillée de danse, avec le ministère de la Culture, et sur la production et la diffusion en danse traditionnelle. Les initiatives Transmission de la danse traditionnelle en Nouvelle-Acadie et Câll la veillée chez vous ! ont été présentés comme des modèles de développement novateur.

L’Association des artisans de la ceinture fléchée de Lanaudière a participé, quant à elle, à une table de travail sur les savoir-faire traditionnels. De plus, la flécheuse Marie-Berthe Guibault a offert un atelier-conférence sur la ceinture fléchée à facture ancienne.

Le Festival Mémoire et Racines a échangé avec les 33 festivals membres du réseau Festival Trad Québec sur des stratégies de communication et de mise en marché pour l’avenir. La conteuse Eveline Ménard et le médiateur du patrimoine vivant Philippe Jetté ont aussi exprimé leur point de vue quant à une éventuelle désignation ministérielle de l’art de conter et les récits de traditions orales.

Mélanie Boucher et Philippe Jetté (Chansons et réflexions intimes, dans un salon ouvert !), le duo Lépine // Branchaud, Michel Bordeleau, Eveline Ménard et Stéphanie Lépine se sont produits dans le cadre des 36 activités culturelles de la Folle bastringue entourant les célébrations.

Rappelons que le Centre du patrimoine vivant de Lanaudière a pour mission de sauvegarder le patrimoine vivant de Lanaudière.

Le Conseil québécois du patrimoine vivant (CQPV) est heureux d’annoncer la MRC de d’Autray comme l’heureuse lauréate du Prix CQPV 2018 décerné pour une première édition à une initiative exemplaire en patrimoine vivant au Québec.

Le projet intitulé Pour la suite du geste… rassemblons-nous! vise le développement de savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel. Il a retenu l’attention du jury pour sa démarche participative novatrice et ses bonnes pratiques en termes de sauvegarde de traditions transmises de génération en génération. Il s’est également démarqué pour ses retombées anticipées et son potentiel d’influence sur d’autres municipalités régionales de comté.

Dès son amorce en avril et mai 2017, l’agente de développement culturel de la MRC appuyée par Philippe Jetté, médiateur du patrimoine vivant, s’est assurée de prendre le pouls de la population en se présentant dans chacun des pôles du territoire, représentant les 15 municipalités de la MRC, afin de bien saisir leurs attentes relatives au projet. Ses consultations ont permis l’identification de plus de 175 éléments et porteurs de tradition. Trois savoir-faire à sauvegarder et à promouvoir ont découlé de l’information récoltée lors des rencontres, soit le fléché, le tissage et le gossage de cups. Le projet comprend également un volet documentation, un concours et des ateliers de formation.

Le jury a dû choisir parmi neuf initiatives de grand intérêt tenues dans le courant de l’année 2017 qui concernaient la diffusion, la production, la médiation culturelle, la recherche ou la formation dans un secteur des traditions culturelles du Québec, et ce, en fonction des critères d’originalité, d’impact, de
retombées pour le patrimoine vivant et de qualité générale de la proposition.

Les membres du Prix CQPV 2018 sont : Pierre Chartrand du CQPV, Karine Laviolette du ministère de la Culture et des Communications et Jean-François Nadeau du journal Le Devoir.

Le Prix a été remis lors du cocktail de lancement du Rassemblement patrimoine vivant 2018 au Domaine Cataraqui par Madame Diane Maltais de la Caisse d’économie solidaire Desjardins, fier partenaire du Prix CQPV 2018.

Après plusieurs semaines de préparation, la Municipalité régionale de comté (MRC) de D’Autray a dévoilé sa programmation automnale de Pour la suite du geste… rassemblons-nous!, une initiative culturelle qu’elle a développée valorisant l’artisanat traditionnel.

De septembre à décembre, la population d’autréenne pourra à nouveau participer à des ateliers de transmission de savoir-faire liés au tissage, au fléché et au gossage de cup. Les ateliers demeurent gratuits pour les enfants. Une inscription est nécessaire pour y prendre part, soit par téléphone au 450 836-7007 poste 2528 ou par courrier électronique à sproulx@mrcautray.qc.ca.

La programmation détaillée est disponible au www.culturepatrimoineautray.ca moyennant un clic sur l’onglet En cours.

Explorer la richesse du tissage (série d’ateliers d’initiation et de perfectionnement)

  • Jeudis 4, 11, 18 et 25 octobre à 18 h 30 au 2150, rue Principale à Saint-Norbert
  • Mardis 30 octobre et 6, 13, 20 novembre à 18 h 30 au 5111, Chemin du Lac à Saint-Gabriel-de-Brandon

Grâce aux membres passionnés des Cercles de Fermières de Saint-Gabriel et Saint-Norbert, les apprentis et plus expérimentés exploreront le tissage en créant plusieurs échantillons selon différents pédalages. Ils pourront également apprendre les étapes préalables au tissage : la lecture d’un patron, la création de fiches techniques, la connaissance des fibres et le montage d’un métier à tisser. Un montant de 20 $ est demandé pour la session.

Les Journées fléchées (série d’ateliers d’initiation et de perfectionnement)

  • Samedis 13, 20 et 27 octobre à 9 h 30 à 15 h 30 au chalet des loisirs de Saint-Cuthbert (1944, rue Principale)

Animés par Mme Marie-Berthe Guibault, sommité mondiale en fléché, ces ateliers donneront la chance aux participants de bien connaître cette technique unique au monde. Un apprentissage des motifs traditionnels de base conduira à la production de pièces tels un porte-clés, un ruban à chapeau ou une parure de cou. Pour ces trois ateliers, la contribution est de 30 $. Les inscrits sont invités à apporter leur lunch, ils pourront alors échanger avec madame Guibault et en savoir plus sur l’histoire du fléché.

Gossez votre trophée de chasse!
  • Samedis 3, 10, 17 novembre et 1er décembre à 10 h à la sacristie de l’église de Mandeville (278, rue Desjardins)
Profitant d’un partenariat avec le Comité Patrimoine de Mandeville, ces ateliers seront animés par l’expert en la matière M. Jean-Louis Roy. Selon le même principe que l’an 1, la population sera conviée à une chasse aux cups le samedi 20 octobre dès 13 h 30. Le point de rencontre sera le parvis de l’église de Mandeville. Ensuite, les participants se dirigeront vers la forêt pour identifier et cueillir des loupes d’arbre. À noter qu’en cas de pluie, l’activité sera remise au dimanche. La récolte mettra la table aux ateliers de gossage de cups, une technique qui consiste à sculpter, à l’aide d’une gouge, une tasse en bois. Le coût pour la session est de 25 $, il inclut la chasse aux cups et les quatre ateliers.
Ciné-causeries
Une nouveauté est proposée par la MRC alors que des ciné-causeries se tiendront à Lavaltrie et à Lanoraie en septembre. Ces activités se veulent un moment de rencontre et d’échanges à propos des trois traditions à développer. Des porteurs de traditions et des praticiens y partageront l’univers de leur héritage. La présentation de la série documentaire Pour la suite du geste…, réalisée par Iphigénie Marcoux-Fortier, sera un levier pour la causerie. La bibliothèque Ginette-Rivard-Tremblay de Lanoraie abordera le fléché le vendredi 7 septembre dès 19 h, alors que le Café culturel de la Chasse-galerie de Lavaltrie traitera du tissage le mardi 25 septembre dès 14 h ainsi que du gossage de cups dès 19 h.
De son côté, le Coffre des savoir-faire d’autréens est toujours en circulation dans les bibliothèques et événements du territoire de la MRC. Celui-ci expose dans une formule réduite la pratique du tissage, du fléché et du gossage de cup. En plus d’y voir les documentaires, il est possible de toucher les produits et de lire des textes exposant l’origine des techniques ancestrales.
Pour la suite du geste… rassemblons-nous! est réalisé grâce au soutien financier du gouvernement du Québec et de la MRC de D’Autray dans le cadre de l’Entente sur le développement culturel 2018-2019-2020. Philippe Jetté, médiateur culturel et intervenant en traditions vivantes assure une collaboration.

Bonne nouvelle en cette rentrée culturelle ! Le projet Pour la suite du geste… rassemblons-nous ! de la MRC de D’Autray est en nomination aux 27e Grands Prix Desjardins de la Culture de Lanaudière dans la catégorie Patrimoine. Les lauréats seront dévoilés lors d’un gala animé par Ghyslain Dufresne au Théâtre Hector-Charland le 28 septembre prochain. Félicitations à toute la communauté d’autréenne qui a investi plus de 770 h de bénévolat dans ce projet !

Rappelons que Pour la suite du geste… rassemblons-nous ! est une initiative culturelle de la MRC de D’Autray visant le développement de savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel. La collectivité est au cœur même de cette démarche novatrice en termes de sauvegarde de traditions transmises de génération en génération. Elle a choisi de donner un coup de pouce au tissage, au fléché et au gossage de cups (à la sculpture d’une tasse en bois). Philippe Jetté collabore à cette démarche porteuse à titre de chargé de projet depuis ses balbutiements en 2017. Il a conceptualisé cette démarche selon les principes éthiques de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO.

Soyez à l’affût des activités de transmission et de diffusion cet automne. Pour tout savoir : http://culturepatrimoineautray.ca/pour-la-suite-du-geste/.

De passage à l’église de La Visitation-de-l’Île-Dupas, le 4 avril dernier, la Municipalité régionale de comté (MRC) de D’Autray a annoncé le retour attendu du projet culturel collectif Pour la suite du geste… rassemblons-nous! La programmation de l’an 2 y a été dévoilée devant élus, acteurs du développement culturel, porteurs de savoir-faire traditionnels et apprentis.

« Ces ateliers sont autant ludiques que formatifs. En plus, vous rencontrerez des gens passionnés, des gens riches d’histoire qui feront de vous les prochains porteurs; ceux qui subviendront à la sauvegarde de notre patrimoine », a déclaré Mme Marie-Pier Aubuchon, nouvellement élue présidente du comité culturel de la MRC et mairesse de La Visitation-de-l’Île-Dupas, lors de l’évènement.

La formule proposée par les promoteurs conserve les bons coups de l’an 1, avec quelques nouveaux éléments. Les activités relatives au tissage seront divisées en deux ateliers. L’un permettra aux participants d’apprendre les étapes préalables au tissage, le montage du métier à tisser et l’autre les initiera au tissage sur le grand métier. Dans les deux cas, un produit sera confectionné. Cette activité est supportée par les Cercles de Fermières de Saint-Gabriel et Saint-Norbert. Ces ateliers se tiendront aux mêmes dates et lieux, soit les mardis 17 et 24 avril ainsi que les 1er et 8 mai à 18 h 30 au local des Fermières de Saint-Gabriel situé au 5111, chemin du Lac à Saint-Gabriel-Brandon ou les jeudis 10, 17 et 31 mai, de même que le 7 juin à 18 h 30 à la salle municipale de Saint-Norbert localisée au 2150, rue Principale. Une contribution de 20 $ est demandée pour toute inscription. Cette somme inclut une participation à quatre ateliers.

Les amateurs de fléché pourront quant à eux prendre part à une série d’ateliers où il sera possible de s’initier et/ou de se perfectionner à cette technique. Ces derniers apprendront à créer des motifs traditionnels de base menant à la production de pièces telles qu’un porte-clés, un ruban à chapeau ou une parure de cou. Une session aura lieu les samedis 28 avril, 5 et 12 mai de 9 h 30 à 15 h 30 à l’École Primevère de Sainte-Élisabeth (2391, rue Principale). La transmission est assurée par la sommité mondiale en fléché, Mme Marie-Berthe Guibault de Berthierville. Un esprit convivial de partage de connaissances sera en place lors de ces rencontres, une occasion singulière d’en apprendre davantage sur l’histoire de cette pratique. Une contribution de 30 $ est demandée pour confirmer son inscription.

Au préalable, il est recommandé de signaler sa présence au 450 836-7007 poste 2528 ou par courriel à sproulx@mrcautray.qc.ca. Les ateliers sont gratuits pour les moins de 18 ans.

Caractérisés par une popularité notable, les ateliers de gossage de cup, seront naturellement de retour en octobre prochain.L’ensemble des détails sera divulgué au cours de l’été à venir. À nouveau, des membres du Comité du patrimoine Mandeville interviendront à titre de partenaires.

Toujours cet automne, des Ciné-causeries en lien avec l’initiative seront organisés dans les municipalités de Lanoraie et Lavaltrie. D’ailleurs, la MRC a profité du rassemblement pour dévoiler la synthèse de la première année de l’initiative et aussi pour montrer un court documentaire à propos de la démarche mise au point par la Norbertoise Iphigénie Marcoux-Fortier. Ces capsules audiovisuelles sont disponibles sur la plateforme culturelle Web de la MRC au www.culturepatrimoineautray.ca. Leur consultation peut également se faire par l’entremise du Coffre des savoir-faire en tournée dans les bibliothèques du territoire d’autréen. Celui-ci présente dans une formule réduite les trois pratiques explorées dans le cadre du projet. En plus de voir les documentaires, les visiteurs peuvent toucher ces produits, lire des textes à propos de l’origine de ces techniques ancestrales.

Pour la suite du geste… rassemblons-nous! est réalisé grâce au soutien financier du gouvernement du Québec et de la MRC de D’Autray dans le cadre de l’Entente de développement culturel. Philippe Jetté, médiateur culturel et intervenant en traditions vivantes, assure également une collaboration.

Crédit photos : Sébastien Proulx, MRC de D’Autray.