Recettes de ma grand-mère

Le temps des Fêtes nous ramène aux traditions. Les rassemblements sont souvent accompagnés de plats traditionnels afin de les partager avec nos invités. Dans ma famille, une corvée de nourriture est réalisée, dans le plaisir, par mes tantes en vue du réveillon de Noël. Je vous partage deux recettes traditionnelles familiales transmises par mes tantes : les Rêves dorés et la Bagatelle. Ces deux desserts sont un héritage de ma grand-mère Thérèse Jetté.

RÊVES DORÉS (carrés au sirop d’érable)

INGRÉDIENTS

Base :

  • 1 ½ tasse de farine tout usage;
  • ¼ tasse de cassonade pressée;
  • ½ tasse de beurre mou.

Garniture :

  • 2/3 tasse de cassonade pressée;
  • 1 tasse de sirop d’érable;
  • 2 œufs battus;
  • 2 c. à table de farine tout usage;
  • ¼ c. à thé de sel;
  • ½ c. à thé de vanille;
  • 1 tasse de pacanes ou de noix de grenoble hachées.

MODE DE PRÉPARATION

  • Mélanger la farine et la cassonade. Incorporer le beurre jusqu’à texture granuleuse;
  • Presser cette préparation dans un moule en pirex beurré de 9″ x 13″. Cuire à 350 °F durant 15 minutes. Retirer du four, mettre de côté;
  • Mélanger la cassonade et le sirop d’érable dans une casserole. Amener à ébullition et laisser mijoter 5 minutes. Verser ce sirop sur les œufs battus en remuant constamment. Ajouter les autres ingrédients sauf les noix;
  • Verser la garniture sur la base partiellement cuite;
  • Parsemer de noix hachées;
  • Cuire à 350 °F durant 25 minutes;
  • Refroidir et tailler en carrés.

Cuisinons la bagatelle à Thérèse ! [1]

INGRÉDIENTS

  • Restant de gâteau, de biscuits cassés ou de biscuits Village;
  • 2 tasses de lait;
  • 2 grosses cuillères à table (soupe) de fécule de maïs;
  • 2 jaunes d’œufs;
  • 1/3 de tasse de sucre.
  • Extrait de vanille artificiel

MODE DE PRÉPARATION

  • Disposer un rang de morceaux de gâteau ou casser des biscuits Village dans un plat;
  • Séparer les jaunes d’œuf des blancs d’œufs;
  • Battre les jaunes d’œufs avec le sucre;
  • Chauffer le lait à feu moyen et ajouter la fécule de maïs délayée dans 2 cuillères à table d’eau froide;
  • Cuire de 8 à 12 minutes;
  • Incorporer les jaunes d’œufs, battus avec le sucre;
  • Ajouter quelques gouttes de vanille;
  • Verser le mélange sur les biscuits ou les gâteaux et laisser refroidir;
  • Décorer la bagatelle à vote goût (facultatif).

Régalez-vous !

[1] Thérèse Jetté (1920-2006) est née au Ruisseau Saint-Georges à Saint-Jacques le 6 août 1920. Elle a transmis sa recette de bagatelle, héritée de sa mère, à sa fille Pierrette Jetté qui l’a transmise à son tour à sa sœur Francine et à son neveu Philippe Jetté.

La reconnaissance de la passation émeut dans D’Autray

Le 5 décembre dernier, plus d’une cinquantaine de participants au projet culturel Pour la suite du geste… rassemblons-nous! et de nombreux élus se sont réunis à la Municipalité régionale de comté (MRC) de D’Autray, lors d’une soirée festive et remplie d’émotions afin de souligner la fin de la première phase de l’initiative.

L’objectif de cette rencontre était de rassembler les apprentis artisans et leurs mentors afin de célébrer et de récompenser leurs efforts et leurs persévérances, mais aussi d’obtenir l’opinion des participants sur ce qui a été accompli jusqu’à présent et de connaître leurs attentes pour la prochaine phase du projet. L’exposition de leurs œuvres, dans le cadre d’un concours, a permis de constater la réussite du projet.

« Tout au long de la soirée, la fierté, la satisfaction et l’émotion étaient palpables, tant pour les transmetteurs de savoir-faire que pour les apprentis. L’impact du projet sur la collectivité est incontestable », a expliqué Mme Marie-Julie Asselin, agente de développement culturel de la MRC, en réaction à l’activité.

Théo Coutu (7 ans) et Chantal Hénault entourés de leur mentor Jean-Louis Roy et des porteurs du projet, Philippe Jetté et Marie-Julie Asselin.

« C’était beau de voir la reconnaissance des apprentis envers leurs mentors pour la passation de leur geste, de leur tradition », a quant à lui exprimé, M. Philippe Jetté, chargé de projet pour la MRC.

À la suite d’une période de votes fort populaire, le compte a mené à un résultat ex æquo pour deux oeuvres. Chacune issue des ateliers de gossage de cups présentés à Mandeville. Théo Coutu, âgé de 7 ans, benjamin d’une famille dont tous les membres ont participé aux ateliers, et dont l’arrière-grand-père pratiquait le savoir-faire ainsi que Chantal Hénault, pour sa cup originale prenant la forme d’une main, sont les lauréats du prix Coup de cœur. Une dizaine de prix supplémentaires ont été distribués parmi les artisans apprentis et expérimentés.

« Je souhaite absolument livrer ma gratitude à nos porteurs de savoir-faire, vous qui avez vulgarisé votre expertise assurant ainsi sa transmission et sa pérennité », a mentionné, Mme Jacinthe Brissette, membre du comité culturel de la MRC et conseillère de la municipalité de Lanoraie, avant la remise.

En prélude de l’activité a eu lieu une rencontre du comité de suivi du projet. Ses membres ont effectué un bilan de la première phase et ont exprimé leur vision de la possible suite de l’initiative. D’ici à ce que les décisions soient rendues, la population d’autréenne pourra approfondir ses connaissances sur le fléché, le tissage et le gossage de cups en visitant les bibliothèques du territoire qui accueilleront à tour de rôle le Coffre des savoir-faire d’autréens.

De plus, il sera possible d’y consulter les trois documentaires présentant les particularités de ces techniques ancestrales, dont la réalisation a été assurée par la documentariste Iphigénie Marcoux-Fortier, originaire de Saint-Norbert.

Ces capsules audiovisuelles peuvent être consultées en tout temps sur le site Internet de la MRC au www.mrcautray.qc.ca, au www.culturepatrimoineautray.ca, sur YouTube ou La Fabrique culturelle.

Pour la suite du geste… rassemblons-nous! est réalisé grâce au soutien financier du gouvernement du Québec et de la MRC de D’Autray dans le cadre de l’Entente sur le développement culturel 2017. Philippe Jetté, médiateur culturel et intervenant en traditions vivantes, assure une collaboration.

Les transmetteur(ses) du projet Pour la suite du geste… rassemblons-nous ! entourés des chargés de projet.

Les gagnants du prix Coup de coeur avec leur mentor Jean-Louis Roy ainsi que Philippe Jetté et Marie-Julie Asselin, porteurs du projet.

Philippe Jetté, porte-parole du FESTITRAD 2018

J’ai le  bonheur de participer au Festitrad de la Ville de Saint-Gabriel depuis ses débuts comme musicien ou câlleur. C’est un immense privilège, cette année, de contribuer à l’éclosion du Festitrad 2018 à titre de porte-parole.

La Ville de Saint-Gabriel est bien enracinée dans sa région en présentant la scène trad. actuelle de Lanaudière par une programmation riche et diversifiée. Cet enracinement régional représente un reflet du milieu trad. québécois. Des groupes, des porteurs de traditions et des artistes de tout acabit enflammeront les planches de la troisième édition du Festitrad.

Un festival est aussi une grande fête rassembleuse. Je vous invite à vivre la tradition, à côté de la scène, lors de session informelle de musique et de chanson, mais aussi lors d’un atelier de transmission de chanson avec M. Jean-Claude Martial, porteur de la tradition du chant de la communauté de Mandeville. Une nouveauté du festival ! Et ce, sans parlé de la fameuse veillée de danse du Festitrad que j’aurai le plaisir d’animer le dimanche après-midi avec l’équipe de l’organisme Les Petits Pas Jacadiens.

Vivez l’expérience du Festitrad, au cœur même de la Ville de Saint-Gabriel !

Information : www.festitrad.com  

 

 

Pour lire l’article de L’Action D’Autray, cliquer ICI.

Philippe Jetté dévoile un projet novateur de médiation culturelle





Philippe Jetté propose une fois de plus une démarche novatrice de médiation culturelle portant sur la chanson traditionnelle. Il s’adjoint, pour ce faire, d’une équipe de création inusitée, soit Mélanie Boucher (chanteuse et porteuse de tradition), Marie-Joanne Boucher (comédienne et metteure en scène), Danielle Martineau (spécialiste de la tradition chantée) et les citoyens de Lanaudière.

Le projet « Chansons et réflexions intimes, dans un salon ouvert ! » consiste à explorer la vie familiale de la chanson traditionnelle d’une héritière naturelle de cette pratique, Mme Mélanie Boucher, et de rendre accessible à la collectivité lanaudoise cette réalité culturelle de la sphère privée, par une création unique en son genre, soit un essai vivant sur la chanson de tradition orale croisant le théâtre, le spectacle, la veillée traditionnelle et la médiation culturelle.

Cette démarche novatrice présentera, dans six salons de chaumières lanaudoises (maisons privées), la rencontre du répertoire familial de Mme Boucher et de M. Jetté ainsi que le répertoire entendu et recueilli auprès d’autres familles lanaudoises. Une démarche de documentation (entrevues et collectes de répertoire) est présentement en cours auprès d’héritiers de la tradition chantée de Lanaudière.

Dans une atmosphère intime et chaleureuse, le tandem présentera la chanson traditionnelle sous toutes ses formes (à répondre, ballade, comptine, berceuse, etc.). Ils proposeront des réflexions sur la pratique du chant (transmission, contexte de pratique et historique), le récit et le contexte social des chansons. De plus, ils identifieront des pistes de solutions citoyennes pour la continuité de la pratique du chant traditionnel. « Nous voulons échanger avec les gens sur le futur de ce mode d’expression traditionnel. Nous jonglons, au quotidien, avec des questionnements et nous souhaitons les partager avec la population », mentionne Philippe Jetté, initiateur et producteur du projet. Il donne un exemple : « Comment inclure la chanson dans notre mode de vie effréné ? »

SYNOPSIS

Deux amoureux de la chanson traditionnelle se retrouvent le soir et chantent pour partager, dans un salon, leur répertoire et leurs réflexions sur la pratique du chant traditionnel. Le spectateur s’imprègne tranquillement de leur univers. Soudainement, le public est interpellé par une question. Les spectateurs deviennent alors des participants de la pièce. Ils se retrouvent à veiller au salon en répondant aux chansons ainsi qu’en partageant leur répertoire, leurs réflexions et leurs solutions pour la continuité de cette pratique. Une interaction s’installe entre les interprètes et le public. La soirée vire en veillée traditionnelle festive. Les citoyens vivent une expérience sociale vraisemblable.

PARTENAIRES

La première de « Chansons et réflexions intimes, dans un salon ouvert ! » sera présentée en partenariat avec la Ville de Joliette à l’automne 2018. Le CRAPO de Lanaudière, quant à lui, accueillera, en mars prochain, une activité de médiation culturelle où les deux interprètes du projet partageront le répertoire ciblé, en plus d’échanger avec les citoyens sur la pratique du chant et le récit des chansons. Plusieurs partenaires participeront également à l’effort de promotion de ce projet novateur : Lanaudière : Mémoire et Racines, SODAM, Archives Lanaudière, Centre du patrimoine vivant de Lanaudière et MRC de D’Autray.

Le projet est rendu possible grâce au soutien financier du Conseil des arts et des lettres du Québec et de la MRC de Montcalm grâce à l’Entente de partenariat territorial en lien avec la collectivité de Lanaudière.

UN VISUEL FORT

L’équipe de Blanko, une entreprise de création numérique joliettaine, a été mandatée pour développer l’image de marque du projet. Le visuel de « Chansons et réflexions intimes, dans un salon ouvert ! » se veut humain et chaleureux. La typographie déstructurée, les illustrations faites à la main et l’agencement des couleurs rappellent l’atmosphère intime et chaleureuse qui règne au cœur des salons de chaumières lanaudoises, lieu de rassemblement des soirées traditionnelles québécoises.

Information : www.traditionsvivantes.com ou 450 397-2313. Suivez les activités du projet sur Facebook au www.fb.com/philippe.jette.mediateur.patrimoine.vivant/.

Rappelons que Philippe Jetté est intervenant en traditions vivantes, consultant, câlleur et musicien (accordéon, pieds, voix) dans le groupe Belzébuth et le Duo Jetté-Simard. Il est aussi l’un des personnages principaux du documentaire Les Acadiens du Québec : Lanaudière, mémoire vivante d’Acadie réalisé par Phil Comeau.


Image de marque du projet