Articles

Un tour du chapeau pour la suite du geste!

À nouveau, au début du mois de décembre, la Municipalité régionale de comté (MRC) de D’Autray a invité les participants et collaborateurs de Pour la suite du geste… rassemblons-nous! à célébrer la fin de la deuxième année de son populaire projet. Cette soirée festive a réuni plus de 50 personnes dans la salle des maires de la MRC à Berthierville.

Une surprise de taille les attendait alors qu’un administrateur de l’Association québécoise des interprètes du patrimoine (AQIP) était sur place afin de remettre le Prix du mérite en interprétation du patrimoine, volet communautaire à la MRC. Le président du Conseil québécois du patrimoine vivant (CQPV) avait également préparé une capsule audiovisuelle pour féliciter les participants. Le premier prix de l’histoire du CQPV avait été octroyé à la MRC quelques semaines auparavant.

« Au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, le projet accueille un troisième prix en 2018, rien de moins que la triple couronne. C’est colossal! Une grande partie de ce triomphe vous revient », a mentionné Mme Marie-Pier Aubuchon, présidente du comité culturel de la MRC et mairesse de La Visitation-de-l’Île-Dupas, après la remise.

Le directeur général de la MRC, Bruno Tremblay, a déclaré que « Pour la suite du geste… rassemblons-nous ! » est un des projets les plus importants que la MRC ait piloté. À ses yeux, les prix obtenus montrent le niveau de qualité des artisans et l’implication des acteurs.

La vague de reconnaissance s’était amorcée par l’attribution du prix Patrimoine obtenu lors des Grands prix Desjardins de la culture de Lanaudière en septembre dernier. En plus de partager ces honneurs, l’objectif de cette rencontre était de rassembler les apprentis artisans et leurs mentors et de relever leurs efforts et leur persévérance en compagnie des partenaires du projet. L’exposition de leurs œuvres, dans le cadre d’un concours, a permis de récompenser celles et ceux s’étant distingués. À la suite d’une période de votes, sept prix ont été décernés aux apprenants et expérimentés.

Voici un aperçu des lauréats :

Catégorie Tissage apprenant : Colette Plante
Catégorie Tissage Expérimenté : Cécile Boulard
Catégorie Fléché apprenant : Isabelle Charette
Catégorie Fléché Expérimenté : Maryse Saint-Amand
Catégorie Gossage de cups apprenant : Colette Plante
Catégorie Gossage de cups Expérimenté : Jean-Claude Charpentier et Jean-Louis Roy (ex æquo)
Catégorie Coup de coeur : Jean-Claude Charpentier

Un prix spécial a été remis à M. Jean-Louis Roy, de Mandeville, pour son engagement et sa grande implication dans la réussite du projet et la continuité du gossage de cups.

Le comité de suivi du projet a aussi donné un avant-goût de la programmation à venir pour la session d’hiver. Les Fléchées rencontres se tiendront les samedis 9 février et 13 avril 2019 de 13 h 30 à 16 h 30 au chalet des loisirs de Saint-Cuthbert. Une contribution de 10 $ est demandée pour y prendre part.

Les ateliers de l’activité Gossez vous une tasse créative! auront lieu les samedis 2, 9, 16 et 23 février prochain dès 10 h à la sacristie de l’église de Mandeville. Ses participants devront débourser 25 $ pour la session. Finalement, les amateurs de tissage se verront offrir l’activité Le tissage, à l’endroit et à l’envers les mardis 12 et 19 mars 2019 dès 18 h 30 au local du Cercle de Fermières de Saint-Gabriel. Une contribution de 10 $ est demandée pour les deux ateliers.

En tout temps, la programmation est disponible sur le site Internet de la MRC au www.mrcautray.qc.ca/culture-et-patrimoine ou au www.culturepatrimoineautray.ca. Les inscriptions sont reçues au 450 836-7007 poste 2528 ou par courrier électronique à sproulx@mrcautray.qc.ca.

Pour la suite du geste… rassemblons-nous! est réalisé grâce au soutien financier du gouvernement du Québec et de la MRC de D’Autray dans le cadre de l’Entente de développement culturel 2018-2020. Philippe Jetté, médiateur culturel et intervenant en traditions vivantes, assure une collaboration.

Retour des ateliers de transmission des savoir-faire traditionnels!

Après plusieurs semaines de préparation, la Municipalité régionale de comté (MRC) de D’Autray a dévoilé sa programmation automnale de Pour la suite du geste… rassemblons-nous!, une initiative culturelle qu’elle a développée valorisant l’artisanat traditionnel.

De septembre à décembre, la population d’autréenne pourra à nouveau participer à des ateliers de transmission de savoir-faire liés au tissage, au fléché et au gossage de cup. Les ateliers demeurent gratuits pour les enfants. Une inscription est nécessaire pour y prendre part, soit par téléphone au 450 836-7007 poste 2528 ou par courrier électronique à sproulx@mrcautray.qc.ca.

La programmation détaillée est disponible au www.culturepatrimoineautray.ca moyennant un clic sur l’onglet En cours.

Explorer la richesse du tissage (série d’ateliers d’initiation et de perfectionnement)

  • Jeudis 4, 11, 18 et 25 octobre à 18 h 30 au 2150, rue Principale à Saint-Norbert
  • Mardis 30 octobre et 6, 13, 20 novembre à 18 h 30 au 5111, Chemin du Lac à Saint-Gabriel-de-Brandon

Grâce aux membres passionnés des Cercles de Fermières de Saint-Gabriel et Saint-Norbert, les apprentis et plus expérimentés exploreront le tissage en créant plusieurs échantillons selon différents pédalages. Ils pourront également apprendre les étapes préalables au tissage : la lecture d’un patron, la création de fiches techniques, la connaissance des fibres et le montage d’un métier à tisser. Un montant de 20 $ est demandé pour la session.

Les Journées fléchées (série d’ateliers d’initiation et de perfectionnement)

  • Samedis 13, 20 et 27 octobre à 9 h 30 à 15 h 30 au chalet des loisirs de Saint-Cuthbert (1944, rue Principale)

Animés par Mme Marie-Berthe Guibault, sommité mondiale en fléché, ces ateliers donneront la chance aux participants de bien connaître cette technique unique au monde. Un apprentissage des motifs traditionnels de base conduira à la production de pièces tels un porte-clés, un ruban à chapeau ou une parure de cou. Pour ces trois ateliers, la contribution est de 30 $. Les inscrits sont invités à apporter leur lunch, ils pourront alors échanger avec madame Guibault et en savoir plus sur l’histoire du fléché.

Gossez votre trophée de chasse!
  • Samedis 3, 10, 17 novembre et 1er décembre à 10 h à la sacristie de l’église de Mandeville (278, rue Desjardins)
Profitant d’un partenariat avec le Comité Patrimoine de Mandeville, ces ateliers seront animés par l’expert en la matière M. Jean-Louis Roy. Selon le même principe que l’an 1, la population sera conviée à une chasse aux cups le samedi 20 octobre dès 13 h 30. Le point de rencontre sera le parvis de l’église de Mandeville. Ensuite, les participants se dirigeront vers la forêt pour identifier et cueillir des loupes d’arbre. À noter qu’en cas de pluie, l’activité sera remise au dimanche. La récolte mettra la table aux ateliers de gossage de cups, une technique qui consiste à sculpter, à l’aide d’une gouge, une tasse en bois. Le coût pour la session est de 25 $, il inclut la chasse aux cups et les quatre ateliers.
Ciné-causeries
Une nouveauté est proposée par la MRC alors que des ciné-causeries se tiendront à Lavaltrie et à Lanoraie en septembre. Ces activités se veulent un moment de rencontre et d’échanges à propos des trois traditions à développer. Des porteurs de traditions et des praticiens y partageront l’univers de leur héritage. La présentation de la série documentaire Pour la suite du geste…, réalisée par Iphigénie Marcoux-Fortier, sera un levier pour la causerie. La bibliothèque Ginette-Rivard-Tremblay de Lanoraie abordera le fléché le vendredi 7 septembre dès 19 h, alors que le Café culturel de la Chasse-galerie de Lavaltrie traitera du tissage le mardi 25 septembre dès 14 h ainsi que du gossage de cups dès 19 h.
De son côté, le Coffre des savoir-faire d’autréens est toujours en circulation dans les bibliothèques et événements du territoire de la MRC. Celui-ci expose dans une formule réduite la pratique du tissage, du fléché et du gossage de cup. En plus d’y voir les documentaires, il est possible de toucher les produits et de lire des textes exposant l’origine des techniques ancestrales.
Pour la suite du geste… rassemblons-nous! est réalisé grâce au soutien financier du gouvernement du Québec et de la MRC de D’Autray dans le cadre de l’Entente sur le développement culturel 2018-2019-2020. Philippe Jetté, médiateur culturel et intervenant en traditions vivantes assure une collaboration.

Une programmation familiale dévoilée dans D’Autray!

De passage à l’église de La Visitation-de-l’Île-Dupas, le 4 avril dernier, la Municipalité régionale de comté (MRC) de D’Autray a annoncé le retour attendu du projet culturel collectif Pour la suite du geste… rassemblons-nous! La programmation de l’an 2 y a été dévoilée devant élus, acteurs du développement culturel, porteurs de savoir-faire traditionnels et apprentis.

« Ces ateliers sont autant ludiques que formatifs. En plus, vous rencontrerez des gens passionnés, des gens riches d’histoire qui feront de vous les prochains porteurs; ceux qui subviendront à la sauvegarde de notre patrimoine », a déclaré Mme Marie-Pier Aubuchon, nouvellement élue présidente du comité culturel de la MRC et mairesse de La Visitation-de-l’Île-Dupas, lors de l’évènement.

La formule proposée par les promoteurs conserve les bons coups de l’an 1, avec quelques nouveaux éléments. Les activités relatives au tissage seront divisées en deux ateliers. L’un permettra aux participants d’apprendre les étapes préalables au tissage, le montage du métier à tisser et l’autre les initiera au tissage sur le grand métier. Dans les deux cas, un produit sera confectionné. Cette activité est supportée par les Cercles de Fermières de Saint-Gabriel et Saint-Norbert. Ces ateliers se tiendront aux mêmes dates et lieux, soit les mardis 17 et 24 avril ainsi que les 1er et 8 mai à 18 h 30 au local des Fermières de Saint-Gabriel situé au 5111, chemin du Lac à Saint-Gabriel-Brandon ou les jeudis 10, 17 et 31 mai, de même que le 7 juin à 18 h 30 à la salle municipale de Saint-Norbert localisée au 2150, rue Principale. Une contribution de 20 $ est demandée pour toute inscription. Cette somme inclut une participation à quatre ateliers.

Les amateurs de fléché pourront quant à eux prendre part à une série d’ateliers où il sera possible de s’initier et/ou de se perfectionner à cette technique. Ces derniers apprendront à créer des motifs traditionnels de base menant à la production de pièces telles qu’un porte-clés, un ruban à chapeau ou une parure de cou. Une session aura lieu les samedis 28 avril, 5 et 12 mai de 9 h 30 à 15 h 30 à l’École Primevère de Sainte-Élisabeth (2391, rue Principale). La transmission est assurée par la sommité mondiale en fléché, Mme Marie-Berthe Guibault de Berthierville. Un esprit convivial de partage de connaissances sera en place lors de ces rencontres, une occasion singulière d’en apprendre davantage sur l’histoire de cette pratique. Une contribution de 30 $ est demandée pour confirmer son inscription.

Au préalable, il est recommandé de signaler sa présence au 450 836-7007 poste 2528 ou par courriel à sproulx@mrcautray.qc.ca. Les ateliers sont gratuits pour les moins de 18 ans.

Caractérisés par une popularité notable, les ateliers de gossage de cup, seront naturellement de retour en octobre prochain.L’ensemble des détails sera divulgué au cours de l’été à venir. À nouveau, des membres du Comité du patrimoine Mandeville interviendront à titre de partenaires.

Toujours cet automne, des Ciné-causeries en lien avec l’initiative seront organisés dans les municipalités de Lanoraie et Lavaltrie. D’ailleurs, la MRC a profité du rassemblement pour dévoiler la synthèse de la première année de l’initiative et aussi pour montrer un court documentaire à propos de la démarche mise au point par la Norbertoise Iphigénie Marcoux-Fortier. Ces capsules audiovisuelles sont disponibles sur la plateforme culturelle Web de la MRC au www.culturepatrimoineautray.ca. Leur consultation peut également se faire par l’entremise du Coffre des savoir-faire en tournée dans les bibliothèques du territoire d’autréen. Celui-ci présente dans une formule réduite les trois pratiques explorées dans le cadre du projet. En plus de voir les documentaires, les visiteurs peuvent toucher ces produits, lire des textes à propos de l’origine de ces techniques ancestrales.

Pour la suite du geste… rassemblons-nous! est réalisé grâce au soutien financier du gouvernement du Québec et de la MRC de D’Autray dans le cadre de l’Entente de développement culturel. Philippe Jetté, médiateur culturel et intervenant en traditions vivantes, assure également une collaboration.

Crédit photos : Sébastien Proulx, MRC de D’Autray.

Un concours pour la relève de nos traditions!

Depuis le début du mois d’octobre, le projet culturel Pour la suite du geste… rassemblons-nous! suit son cours et connaît une grande popularité. Afin de récompenser les efforts et la persévérance déployés par les apprentis artisans participant aux ateliers d’initiation proposés, la Municipalité régionale de comté (MRC) de D’Autray a mis en place un concours qui mènera à l’attribution de prix.

Tout le monde a l’occasion de participer à ce concours. Le mardi 5 décembre prochain, lors d’une soirée spéciale soulignant la fin de la première phase de l’initiative, le comité organisateur couronnera celles et ceux s’étant démarqués par la qualité ou l’originalité de leur oeuvre. Il y a deux volets au concours, l’un pour les participants aux ateliers et l’autre pour toutes autres personnes du territoire d’autréen souhaitant y participer!

Alors, artisans novices ou expérimentés peuvent tenter le coup. Pour participer, les personnes intéressées doivent présenter une oeuvre réalisée grâce à l’un de ces savoir-faire : le tissage, le fléché ou le gossage de cups. Par la suite, il est important de communiquer à la MRC certaines informations par courrier électronique, soit le nom du participant, l’adresse postale, le savoir-faire utilisé, la confirmation ou l’infirmation de la participation aux ateliers offerts par la MRC et une affirmation de présence à l’évènement du 5 décembre à 17 h, tenu aux bureaux administratifs de la MRC à Berthierville (550, rue De Montcalm).

Le 30 novembre à 16 h 30 est la date limite pour transmettre ces informations à culture@mrcautray.qc.ca. L’objectif de Pour la suite du geste… rassemblons-nous! est de développer l’artisanat traditionnel.

Pour ce faire, la MRC a offert à ses citoyens une vaste programmation d’ateliers gratuits d’initiation au fléché, au tissage et au gossage de cups. Plus d’information sur les ateliers à venir est disponible sur le site Internet : http://culturepatrimoineautray.ca/pour-la-suite-du-geste/

Au même endroit, l’internaute peut découvrir une série de documentaires conçus par la Norbertoise, Iphigénie Marcoux-Fortier, à propos des trois savoir-faire explorés.

Pour la suite du geste… rassemblons-nous! est réalisé grâce au soutien financier du ministère de la Culture et des Communications et de la MRC de D’Autray dans le cadre de l’Entente de développement culturel 2017. Philippe Jetté, médiateur culturel et intervenant en traditions vivantes, assure une collaboration.

Une programmation riche et signifiante – Pour la suite du geste… rassemblons-nous !

Le 16 septembre dernier, la chapelle des Cuthbert de Berthierville a été l’hôte d’une journée culturelle bien remplie, à l’occasion du lancement de la programmation automnale du projet Pour la suite du geste… rassemblons-nous!, une initiative valorisant l’artisanat traditionnel élaborée par la Municipalité régionale de comté (MRC) de D’Autray.

En octobre et novembre prochains, la population d’autréenne pourra participer gratuitement à plusieurs ateliers de transmission de savoir-faire liés au tissage, au fléché et au gossage de cup. Tous les ateliers seront d’une durée de 2 h. Voici une présentation sommaire de la programmation.

Tournée d’ateliers d’initiation et de perfectionnement en fléché

  • Dimanche 8 octobre à 14 h à la Maison Rosalie-Cadron de Lavaltrie
  • Mardi 24 octobre à 19 h à la MRC de D’Autray à Berthierville
  • Mardi 7 novembre à 19 h au 2270, rue Principale à Sainte-Élisabeth
  • Dimanche 26 novembre au chalet des loisirs de Saint-Cuthbert

Ces ateliers seront animés par Mme Hélène Clément de l’Association des artisans de ceinture fléchée de Lanaudière.

Ateliers d’exploration et d’initiation au tissage (quatre séries de deux ateliers)

  • Mardis 10 et 17 octobre à 19 h au 5111, Chemin du Lac à Saint-Gabriel-de-Brandon
  • Samedis 21 et 28 octobre au 5111, Chemin du Lac à Saint-Gabriel-de-Brandon
  • Jeudis 2 et 9 novembre à 19 h au 2150, rue Principale à Saint-Norbert
  • Samedi 18 et 25 novembre à 13 h 30 au 2150, rue Principale à Saint-Norbert

Ces ateliers seront animés par le Cercle de Fermières de Saint-Gabriel. Ils auront lieu dans les locaux des Cercles de Fermières de Saint-Norbert et de Saint-Gabriel.

Ateliers de gossage de cup

  • Samedis 4, 11 et 18 novembre à 10 h à la sacristie de l’église de Mandeville (278, rue Desjardins)

Ces ateliers seront animés par M. Jean-Louis Roy de Mandeville. Une chasse aux cups sera organisée à la mi-octobre. Les participants pourront identifier et cueillir des loupes (cup) d’arbre, lors d’une marche en forêt.

La programmation détaillée a été déposée sur le site Internet de la MRC au www.mrcautray.qc.ca, accessible moyennant un clic, sur l’onglet Culture et patrimoine, de même qu’au www.culturepatrimoineautray.ca.

Mis à part le dévoilement, les visiteurs ont pu apprécier une exposition de travaux d’artisanes et artisans lanaudois, visionner une série de documentaires réalisés par la norbertoise, Iphigénie Marcoux-Fortier, être informés des savoir-faire artisanaux par des porteurs de tradition et prendre part à un 5 à 7 festif.

À propos des documentaires présentant les particularités de chacun des sa­voir-faire, une tournée est prévue cet automne par l’entremise du Coffre des savoir-faire d’autréens. Conçu par l’ébéniste Cédric Tremblay, celui-ci exposera dans une formule réduite la pratique du tissage, du fléché et du gossage de cup. Donc, en plus d’y voir les trois documentaires, il sera possible de toucher ces produits, de lire des textes exposant l’origine de ces techniques ancestrales et aussi de réaliser quelques bricolages pour enfants.

Artisans novices ou expérimentés auront l’occasion de participer à un concours. Le comité organisateur les invite à partager leur oeuvre. Il existe deux façons de concourir, soit de soumettre le projet créé lors des ateliers d’initiation ou de proposer une création de tout acabit. Des prix seront remis en décembre prochain lors d’un évènement soulignant la fin de la première phase du projet Pour la suite du geste… Rassemblons-nous! Un formulaire, déposé sur le site Internet de Culture et patrimoine D’Autray, doit également être rempli.

Pour la suite du geste… rassemblons-nous! est réalisé grâce au soutien financier du gouvernement du Québec et de la MRC de D’Autray dans le cadre de l’Entente sur le développement culturel 2017. Philippe Jetté, médiateur culturel et intervenant en traditions vivantes assure une collaboration.

Visionnez la série documentaire Pour la suite du geste… réalisée par Iphigénie Marcoux-Fortier et produite par la MRC de D’Autray.

La ceinture fléchée à L’Assomption [résumé historique]

Le tressage aux doigts est une pratique ancienne de plusieurs millénaires. Ici, dans la région de L’Assomption[1], les femmes artisanes développent, selon toute vraisemblance, au 19e siècle, un savoir-faire unique, le fléché. Issu de la technique universelle du chevron, il est beaucoup plus élaboré que son ancêtre et permet la formation de motifs d’une grande complexité. Transmise de génération en génération, la technique de fabrication de la ceinture fléchée est reconnue comme l’un des plus beaux tressages au monde.

Commerce de la ceinture fléchée dite de L’Assomption

Le plus vieux document attestant la présence d’artisanes en fléché, à L’Assomption, identifie les sœurs Gagnon de la rue Saint-Étienne. Les quatre flécheuses[2] signent une entente avec Antoine Lange, un marchand montréalais. Elles doivent tresser quatre ceintures par mois entre le 26 novembre 1811 et le 1er avril 1812.

Des marchands du village de L’Assomption font le commerce de ceintures fléchées dans la première moitié du 19e siècle. Un de ceux-là, Laurent LeRoux, revient à L’Assomption, vers 1794, pour reprendre les affaires de son défunt père. Il détient, pendant un certain temps, avec Jacques Trullier dit Lacombe, un autre marchand de L’Assomption, le monopole de la confection et de la vente de la ceinture fléchée avec la North West Compagny. En 1822, dix ceintures sont recensées au magasin de Jacques Lacombe, ancien commerçant de la Compagnie du Nord-Ouest. Vingt ans plus tard, treize « ceintures à flèches » et quatorze livres de laine à ceinture sont inventoriées au magasin de Benjamin Beaupré.

Le commerce de la ceinture fléchée est bien ancré à L’Assomption dans la première moitié du 19e siècle. Une mouvance vers le territoire de Saint-Jacques, issu de L’Assomption, est ensuite observée. À la fin du 19e siècle, la commercialisation diminue drastiquement à cause de la fin du commerce des fourrures et de la disparition des grandes compagnies anglaises. La concurrence des ceintures tissées au métier provenant d’Angleterre ont également contribué au déclin de ce commerce.

Exploration et standardisation

La technique du fléché semble s’être développée, au début du 19e siècle, par des femmes de la région de L’Assomption. À cette époque, les artisanes mettent à profit leur créativité. Elles explorent l’agencement des motifs et des couleurs de la ceinture fléchée pour compétitionner les belles étoffes que portaient les gérants écossais de la Compagnie du Nord-Ouest.

Au tournant des années 1830, la Compagnie de la Baie d’Hudson instaure une standardisation, ce qui permet aux femmes d’être plus efficaces et d’avoir une production moins coûteuse. Rappelons que ce sont les femmes du Grand Saint-Jacques qui sont reconnues pour être les principales artisanes du fléché au 19e siècle.

La dénomination « ceinture fléchée de L’Assomption » vient de l’anglais « Assumption sash », ce qui rappelle leur provenance. Cette appellation se répand dans les années 1840.

L’action des flécheuses et des flécheurs

La ceinture fléchée est reconnue, depuis 1985, comme le symbole régional de Lanaudière. L’année suivante, l’Association des artisans de la ceinture fléchée de Lanaudière voit le jour. Depuis 1989, cette dynamique association organise, dans Lanaudière, des ateliers-rencontres, particulièrement au Vieux Palais de Justice de L’Assomption ainsi qu’à la Maison de la culture.

Les flécheuses du 21e siècle

De nos jours, deux femmes de cœur et de passion perpétuent ce savoir-faire traditionnel à L’Assomption, Jocelyne Venne et France Hervieux[3]. Elles partagent cet art traditionnel afin d’en assurer la transmission. À l’hiver 2016, la ministre de la Culture, Mme Hélène David, désigne le fléché comme élément du patrimoine immatériel du Québec. Ce geste symbolique reconnait la richesse de ce savoir-faire transmis par des femmes de la région de L’Assomption.

[1] La région de L’Assomption fait ici allusion aux territoires de L’Assomption et du Grand Saint-Jacques de l’époque.

[2] Marie-Josephte, Marguerite (dont l’époux Louis Bousquet était chapelier), Élisabeth et Archange Gagnon.

[3] France Hervieux est récipiendaire du prix d’excellence Pierre-LeSueur décerné, en l’an 2000, par la Ville de L’Assomption pour son travail de vulgarisation de la tradition de la ceinture fléchée dite de L’Assomption.

Texte rédigé par Philippe Jetté, médiateur du patrimoine vivant consultant pour Les Productions Synop6, le 6 avril 2016. Ce texte était destiné à la Ville de L’Assomption pour un projet de mise en valeur du fléché dans leur milieu. Consultez deux capsules vidéos (historique et tutoriel) et le texte revu par la Ville en suivant ce lien : http://www.quartierdesarts.ca/patrimoines/ceinture-flechee 

Bibliographie

ASSOCIATION DES ARTISANS DE CEINTURE FLÉCHÉE DE LANAUDIÈRE INC. (1994). Histoire et origines de la ceinture fléchée traditionnelle dite de L’Assomption. Québec, Septentrion, 125 p.

MARCHAND, Suzanne. La pratique du fléché au Québec. Étude patrimoniale. Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, 2011. 62 p.

Répertoire du patrimoine culturel du Québec. Fiche de l’élément, Fléché. Ministère de la Culture et des Communications [En ligne]. Site Web consulté en mars 2016. http://www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca/rpcq/detail.do?methode=consulter&id=2&type=imma#.VtnrX_nhCUk

Pierre Dufour, « LEROUX, LAURENT », dans FR:UNDEF:public_citation_publication, vol. 8, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 10 mars 2016, http://www.biographi.ca/fr/bio/leroux_laurent_8F.html

Martin Rochefort, « TRULLIER, Lacombe, JACQUES », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 6, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 5 avril 2016, http://www.biographi.ca/fr/bio/trullier_jacques_6F.html

Trois pratiques artisanales seront démystifiées

Le lundi 19 juin dernier, l’église de Saint-Norbert a accueilli une quarantaine de personnes avides de connaître les étapes à venir pour le projet culturel Pour la suite du geste… rassemblons-nous!, mis sur pied par la Municipalité régionale de comté (MRC) de D’Autray. Lors de trois consultations tenues en mai, plus de 50 savoir-faire en lien avec l’artisanat traditionnel avaient été identifiés par des citoyens.

Dès l’automne prochain, la population pourra prendre part à plusieurs activités de transmission de savoir-faire liées au tissage, au fléché et selon le terme traditionnel, au gossage de cup. En plus de favoriser leur connaissance, le but de la MRC derrière cette initiative est de créer et de rendre accessible des espaces de pratique et de transmission dans les trois pôles du territoire.

En premier lieu, les participants auront l’occasion d’être au fait des notions sur l’histoire de chaque pratique. Ensuite, il y aura présentation d’une série d’ateliers d’exploration et d’initiation. Pour le tissage et le fléché, les promoteurs prévoient s’associer avec des organismes du milieu. Pour ce qui est du gossage de cup, il s’agit d’une pratique identitaire principalement associée à la municipalité de Mandeville. Quelques artisans maîtrisant la technique sont encore actifs. Une cup est faite à partir de bois sculpté, dont les noeuds servent à former une anse, menant ensuite à l’apparence d’une tasse, d’où l’origine de son appellation familière. Les gens qui s’adonneront aux ateliers sauront identifier et recueillir les noeuds, affûter des gouges et concevoir une cup.

D’ici le déploiement des activités en septembre 2017, la MRC compte poursuivre sa quête de porteurs de tradition et identifier des actions de mobilisation rejoignant les gens de tout âge. L’idéation et le développement des outils de communication sont aussi à l’ordre du jour.

Vous souhaitez connaître les savoir-faire ciblés et les actions à venir de Pour la suite du geste… rassemblons-nous? Vous n’avez qu’à cliquer sur l’hyperlien suivant : Présentation du projet Pour la suite du geste… rassemblons-nous.

Pour la suite du geste… rassemblons-nous! est réalisé grâce au soutien financier du gouvernement du Québec et de la MRC de D’Autray dans le cadre de l’Entente sur le développement culturel 2017. Philippe Jetté, médiateur culturel et intervenant en traditions vivantes assure également une collaboration.

– 30-

Source : Sébastien Proulx, agent de communication, MRC de D’Autray